Une chirurgie esthétique pour ressembler à sa caricature

Il est tout à fait logique que décider de recourir au bistouri est lié à un objectif de se débarrasser d’un défaut et d’embellir son corps. Cependant, on peut que qualifier d’insolite le cas de l’anglaise Krystina Butel qui a effectué une chirurgie esthétique pour ressembler à sa caricature.

Quel est le motif de cette décision ?

C’est une vieille caricature, qui datait de plus de 16 ans, qui a donné l’idée à cette gérante d’un salon de coiffure de se faire opérer. Pour elle, envisager une opération chirurgicale ne figurait pas dans ses plans. Cependant, elle était tellement impressionnée par ce portrait qu’elle a tout de suite fixé comme objectif de lui ressembler. C’était donc sa principale motivation pour se faire opérer. Krystina Butel caricature Étant parfaitement différente au niveau de sa corpulence par rapport à aujourd’hui, cette jeune femme de 31 ans a multiplié les interventions durant ces années. Ayant actuellement un corps dont la principale zone qui met en avant la beauté féminine, en l’occurrence la poitrine se distingue par sa forme généreuse, l’anglaise a aussi retouché à ses lèvres qui sont devenues beaucoup plus pulpeuses.

165 000 euros pour le bistouri

Après ses différents remodelages, Krystina Butel avoue qu’elle se sentait très bien son corps et qu’elle est surtout très heureuse d’avoir pu réaliser ce qu’elle voulait. Même si ça lui a coûté une fortune puisque la somme dépensée pour les différentes opérations de chirurgie et de médecine esthétique avoisine les 165 000 euros, l’anglaise ne regrette pas son choix. chirurgie esthétique pour ressembler à sa caricature Selon elle, la chose qui lui a plu le plus dans la caricature est l’image de la fille glamour et confiante et qui est parfaitement à l’aise avec une telle morphologie. L’anglaise avoue également que ça ne sera pas son dernier recours au bistouri puisqu’elle compte déjà remodeler d’autres parties de son corps sans donner plus de détails. En attendant, elle ne cache pas sa joie. La preuve, c’est que la caricature figure dans son salon de coiffure. Save Save